Votre confiance en Dieu peut faire des miracles.

Daniel 3 : 28 Nebucadnetsar prit la parole et dit : Béni soit le Dieu de Schadrac, de Méschac et d'Abed-Nego, lequel a envoyé son ange et délivré ses serviteurs qui ont eu confiance en lui, et qui ont violé l'ordre du roi et livré leurs corps plutôt que de servir et d'adorer aucun autre dieu que leur Dieu.



Au règne de Jojakim, roi de Juda, Nebucadnetsar, roi de Babylone assiégea Jérusalem et ordonna à Aschpenaz, chef de ses eunuques, d’amener quelques jeunes garçons sans défaut corporel, doués de sagesse, d’intelligence et d’instruction au service du roi. Parmi eux, se trouvaient Schadrac, Méschac et d’Abed -Nego.

Le roi Nebucadnetsar fit une statue et demanda au peuple de son royaume de l’adorer. Quiconque ne se prosternera pas sera jeté au milieu d’une fournaise ardente. On vint rapporter au roi : il y a des juifs à qui tu as remis l’intendance de la province de Babylone, Chadrac, Méschac et d’Abed -Nego ; ces hommes ne tiennent aucun compte de toi, ils ne servent pas tes dieux, et ils n’adorent point la statue d’or que tu as élevée. Irrité et furieux le roi ordonna à nouveau à ces trois juifs d’adorer la statue et s’ils ne l’adorent pas, ils seront jetés au milieu d’une fournaise ardente. Nebucadnetsar déclara : Et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? Quelle menace ! Mais les propos du roi ne paniquaient pas Schadrac, Méschac et d’Abed -Nego. Il est vrai le dieu de Nebucadnetsar ne peut pas les délivrer mais le Dieu qu’ils servent, à savoir le Dieu qui les a créés, le Dieu Tout-Puissant, pour lui rien n’est impossible, peut les délivrer.

Voici leurs réponses au roi Nebucadnetsar : Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi. Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n'adorerons pas la statue d'or que tu as élevée. Quelle confiance ! La fournaise était extrêmement chauffée et quiconque tombe dans cette fournaise sera mort. Face à ce danger ils avaient fixé leurs yeux sur Dieu et plaçaient en lui leur confiance.

Ces trois jeunes ne servaient pas Dieu pour les privilèges qu’ils avaient dans le royaume de Nebucadnetsar. Ils ne négociaient pas Dieu en adorant la statue pour conserver leurs postes. Mais ils restaient fermes. Comme le chant dit : Jusqu’au bout je veux te suivre dans les bons comme dans les mauvais jours. Ils servaient Dieu pour ce qu’il est.

Face à cette réponse, Nebucadnetsar fut rempli de fureur, ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus, pour être sûr que Chadrac, Méschac et d’Abed -Nego seront morts. Il commanda à ses soldats de les lier et les jeter dans la fournaise. Ce qu’ils avaient fait. Le roi attendait la mort de ces trois jeunes. Mais Dieu avait envoyé son ange dans la fournaise pour protéger ses enfants. Nebucadnetsar voit quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu, il demanda à Chadrac, Méschac et d’Abed -Nego de sortir. Les satrapes, les intendants, les gouverneurs, et les conseillers du roi c’est-à-dire ceux qui avaient dénoncé les trois jeunes, remarquèrent que le feu n’avait aucun pouvoir sur le corps de ces hommes, que leurs cheveux n’avaient pas été brûlés, que leurs caleçons n’étaient point endommagés, et l’odeur du feu ne les avaient pas atteints. Quel miracle !

Nebucadnetsar avait déclaré : Quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? Il pensait qu’il avait le dernier mot sur la vie de ces trois jeunes hébreux. La confiance en Dieu de ces trois jeunes a changé le langage de Nebucatnesar. Il prit la parole et dit : Béni soit le Dieu de Schadrac, de Méschac et d'Abed-Nego, lequel a envoyé son ange et délivré ses serviteurs qui ont eu confiance en lui, et qui ont violé l'ordre du roi et livré leurs corps plutôt que de servir et d'adorer aucun autre dieu que leur Dieu !

Dans quelle fournaise au sens figuré du mot faites -vous face ? C’est-à-dire quel danger ? Quel problème ? Quel défi ?

Nous sommes certains que votre danger ou votre problème ou votre défi n’est pas plus grand que la fournaise ardente que ces trois jeunes se trouvaient. Quelle était leur attitude face à cette fournaise très chauffée ? Ils plaçaient leur confiance en Dieu.

Voulez -vous mettre votre confiance en Dieu ? Mieux vaut chercher un refuge en l’Eternel que de se confier aux grands. Psaume 118 : 9. Dieu a le dernier mot. Il a toujours une solution. Votre confiance en lui peut faire des miracles.

Psaume 37 :5 Recommande ton sort à l'Eternel, Mets en lui ta confiance, et il agira. Amen.

Source Divine Ministries.

www.sourcedivine.org

17 views0 comments

Recent Posts

See All
Vous pouvez nous ECRIre

Email: info@sourcedivine.org

  S'ABONNER

S'abonner à nos Publications.

  • YouTube
  • Black Facebook Icon